Les femmes qui lisent sont dangereuses – Laure Adler & Stefan Bollmann

les femmes qui lisent sont dangereuses

Un récapitulatif de l’histoire de la lecture féminine au travers de la peinture et la photographie dont le passage à la lecture silencieuse marque un tournant décisif.

 

Quand la lecture fait palpiter les cœurs des femmes et fait frémir d’effroi les hommes !

« Effectivement, messieurs les connaisseurs des mouvements intérieurs de l’âme et de la psyché, lire donne aux femmes des idées ! Sacrilège. »

Et il ne manque pas de prescripteurs hygiénistes pour indiquer aux femmes quoi lire et comment, bridant cet espace de liberté et de plaisir qui s’offre à elles.

« Le livre enseigne aux femmes que la vraie vie n’est pas celle qu’on leur fait vivre. La vraie vie est ailleurs : là, dans cet espace d’imaginaire entre les mots qu’elles lisent et l’effet qu’ils produisent. La lectrice fait littéralement corps avec les personnages de fiction et n’accepte plus de refermer le livre sans que rien ne change dans sa vie. Le livre devient initiation. »

Les femmes échappent alors à la cellule domestique, à l’éducation sous contrôle, elle accède à un univers intime hors de toute autorité patriarcale et religieuse. 

« Car non seulement la femme qui lit s’acquiert un espace de liberté auquel elle est la seule à avoir accès, mais elle s’assure aussi, du même coup, un sentiment de valorisation qui ne doit rien à personne. En outre, elle se forge sa propre vision du monde, qui ne coïncide pas forcément avec celle qui lui a été transmise par ses origines et par la tradition. »

Continuer la lectureLes femmes qui lisent sont dangereuses – Laure Adler & Stefan Bollmann